Newsroom

CONTACT 

Directrice Communication & Affaires Publiques
Florence Bonetti
f.bonetti@promethee.earth

Logo Les Echos - Citizen CapitalCitizen Capital

Prométhée prépare une constellation de nanosatellites d’observation pour les PVD. La start-up Prométhée vient de lever 2,2 millions d’euros auprès de business angels et de trois entreprises spécialistes de la construction spatiale, Hemeria, Comat et ADF. Elle prépare une constellation de nanosatellites d’observation de la Terre et une plateforme d’analyse d’images, qui apporteront des applications spatiales moins chères aux pays émergents.

Par Laurent Marcaillou| 03/11/ 2020

La start-up Prométhée vient de lever 2,2 millions d’euros pour concevoir les démonstrateurs d’une constellation de nanosatellites d’observation de la Terre et d’une plateforme d’analyse des données dédiés aux pays en développement. Le tour de table a réuni 15 investisseurs privés, dont 3 entreprises qui apportent près de 30 % des fonds et participeront à la construction : Hemeria , à Toulouse, qui fabrique les nanosatellites de la future constellation Kineis du CNES pour Argos et l’IOT, le groupe ADF, dont la filiale Latesys a réalisé la ligne d’assemblage automatisée des microsatellites de OneWeb, et Comat à Toulouse qui fabrique des moteurs et des roues de contrôle d’attitude de nanosatellite.

Lire l’article sur LES ECHOS


CFNEWS

Prométhée allume son amorçage

3/11/2020

Le concepteur francilien de constellation de nano satellites d’observation de la Terre accueille les groupes industriels Hemeria, Comat et ADF, qui apportent, avec plusieurs business angels 3 M€, notamment pour le lancement de services dans l’aérospatial.


logo.jpg

NewSpace : la start-up française Prométhée, qui veut lancer une constellation de nanosatellites en 2023, lève 2,2 M€

Par Pierrick Arlot | 02/11/ 2020

La cohorte des sociétés qui souhaitent lancer   leur propre constellation de nanosatellites   compte un nouvel acteur et il est français.   Créée en janvier 2020 pour développer une   offre de services souverains d’observation de la   Terre, la start-up Prométhée vient de boucler   une première levée de fonds de 2,2 millions   d’euros. Le tour de table réunit les trois acteurs  du secteur spatial que sont Hemeria, Comat (groupe Agora Industries) et Groupe ADF, avec le soutien d’investisseurs privés. Selon le communiqué publié par Prométhée, ce financement lui permettra de mettre au point sa plate-forme numérique de valorisation de données spatiales et de préparer techniquement et financièrement la mise en orbite, à l’horizon 2023, de sa propre constellation de nanosatellites.

Lire l’article sur L’EMBARQUÉ


Toulouse. Prométhée lève 2,2 M€ auprès de deux Toulousains

Toulouse. Prométhée lève 2,2 M€ auprès de deux Toulousains

Par Gil Bousquet | 27/10/2020

Un nouvel acteur du NewSpace vient de débouler dans le paysage de l’industrie spatiale. La jeune société Prométhée qui veut lancer ses propres constellations de satellites pour devenir un des acteurs phare de l’observation de la Terre vient de lever 2,2 M€.

Lire l’article sur La DEPECHE


La Tribune - Wikipedia

New Space : comment Prométhée veut devenir l’un des futurs Titans de l’observation de la Terre

Par Michel Cabirol |  21/10/2020

L’objectif de Prométhée est de déployer à terme 80 nanosatellites optique d’observation de la Terre avec une précision submétrique, basés sur des technologies d’Hemeria, pour une revisite inférieure à 30 minutes.(Crédits : Reuters) Une nouvelle start-up déboule sur le marché de l’observation de la Terre. Prométhée a bouclé sa première levée de fonds de 2,2 millions d’euros. Trois groupes (Hemeria, Groupe ADF et COMAT) ainsi que des investisseurs privés, ont participé à cette opération.

Lire l’article sur LA TRIBUNE


Accueil

Comat intègre le capital de la start-up Prométhée

21 octobre 2020

Ce mercredi 21 octobre, la société Comat basée à Toulouse a annoncée avoir intégrée le capital de Prométhée via une levée de fonds. Basée à Paris, cette start-up fondée en janvier 2020 a pour but de déployer une nouvelle constellation de smallsats dédiés à l’observation. Pour y parvenir, ce premier financement de 2,2 millions d’euros, qui a réunit autour de la table deux autres acteurs du secteur spatial que sont Hemeria et le Groupe ADF, va permettre à l’entreprise de mettre au point sa plate-forme digitale de valorisation de données spatiales et de préparer techniquement et financièrement la mise en orbite, à l’horizon 2023, de sa propre constellation de nano-satellites.